12 avril 2024
centre psychiatrique

Comment construire une chambre d’isolement psychiatrique ?

Dans un centre hospitalier psychiatrique, la construction d’une chambre d’isolement est essentielle pour la continuité des soins d’un patient souffrant de troubles psychiques et les suicidaires. Sur décision d’un psychiatre praticien, l’admission du malade en salle d’isolement est fixé pour une durée limitée. Plusieurs facteurs doivent être pris en compte pour la conception d’une chambre d’isolement pour y restaurer l’apaisement. 

Ce qu’il faut retenir de l’isolement en psychiatrie  

 Suite à des excès d’agitation ou de violence, un patient psychiatrique est placé dans une chambre d’isolement. L’équipe médicale formée d’infirmiers et de psy  doit prendre toutes les mesures de soins et garantir la prise en charge des patients hospitalisés dans un centre médico.

Il existe différentes catégories de malades mentaux qui peuvent être admis dans des chambres d’isolement. Notamment, les malades présentant une pathologie de psychose, dépression aiguë, addictologie, bipolaires, psychosociale, troubles anxieux, et autres pathologies.

Ces maladies difficiles à soigner nécessitent tous un suivi psychiatrique par un médecin-traitant spécialisé dans le secteur psychiatrique. Un programme de soins intensifs est prévu pour chaque cas observé. Il peut être réalisé à temps-partiel ou à temps complet selon avis médical. Le service psychiatrie du centre médico psychologique est chargé de la réinsertion des personnes atteintes de troubles comportementaux dans la société après guérison. 

 Sur le plan juridique

Selon l’article L. 3222-5-1 du Code de la santé publique (CSP), « l’isolement et la contention sont des pratiques de dernier recours ». Ces mesures sont donc prises pour « prévenir un dommage immédiat ou imminent pour le patient ou autrui, sur décision d’un psychiatre, prise pour une durée limitée ». Comme le stipule l’article R4311-6, « La surveillance et évaluation des engagements thérapeutiques qui associent le médecin, l’infirmier ou l’infirmière et le patient ».

L’isolement, c’est quoi ? 

Le Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) définit l’isolement comme un « confinement d’une personne dans un lieu, pour un temps déterminé, d’où elle ne peut sortir librement ». Le patient en psychiatrie se trouve ainsi dans une chambre d’isolement pour une durée limitée. Toujours dans le respect du code de la déontologie, les centres psychiatriques doivent informer le patient de la mise en place de la mesure d’isolement. Ce dernier doit être aussi au courant des raisons ainsi que des critères pour sa levée, lors d’un éventuel entretien. 

L’aménagement d’une chambre d’isolement 

De la chambre des personnes hospitalisées aux zones communes, les établissements de santé comprenant une aile psychiatrique doivent respecter les normes d’aménagements sécuritaires. Dans la santé mentale, la violence ou l’excès d’agitation surviennent chez les patients souffrant de troubles de la personnalité, troubles de l’humeur, schizophrénie, etc. Et pour limiter le risque de pendaison pendant les situations de crise, chaque pièce d’un centre expert en psychiatrie doit être étudiée minutieusement.   

Voici quelques recommandations pour construire une chambre d’isolement psychiatrique concernant :

  • les planchers : l’idéal pour sécuriser le patient psychiatrique est d’opter pour la feuille de vinyle continu avec support en mousse. Pratique, ce modèle profitera d’une grande facilité d’entretien en étant imperméables, lisse et de couleur neutre. Un plancher sans moulure et sans joints convient à un espace d’isolement ;
  • les plafonds : nous vous conseillons des modèles avec une hauteur minimale de 9 pieds et il faut éviter les faux plafonds. L’établissement spécialisé en psychiatrie peut utiliser des tuiles acoustiques peuvent être installées sur le plafond existant ;
  • les murs : il est conseillé d’opter pour les plaques de plâtre qui résistent aux chocs sur des contreplaqués de ¾ pouces. Ces murs seront placés sur des poteaux métalliques de calibre 20, de 16 pouces juste au milieu ; 
  • les fenêtres : Les patients souffrant de troubles mentaux ne doivent pas accéder aux fenêtres disposant de moustiquaires sécuritaires verrouillées. Le plexiglas est connu pour ses propriétés d’isolation thermique, ce qui est parfait pour l’installation des fenêtres dans une chambre d’isolement. 

Par ailleurs, les portes capitonnées ne doivent pas être munies de poignées et sans charnières. Il ne faut pas installer des interrupteurs et des prises murales dans l’espace d’isolement. Le personnel soignant contrôle le chauffage pour le bien-être du patient. Miroir en polycarbonate, un matelas sans fermeture éclair ni poches, une couverture, des luminaires idéalement encastrés avec un grillage de protection.

La construction d’une chambre d’isolement exige des normes d’aménagement sécuritaires. Une équipe soignante offre des soins adaptés à un patient psychiatrique dans un environnement soigné et sécurisé. Une fois ces conditions respectées, l’espace est propice pour le repos et l’apaisement suivi des soins en psychiatrie. À proximité du bureau infirmier, la chambre d’isolement doit être entretenue et bien propre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *